Améliorer les connaissances

L’avifaune

Au-delà des actions salariées impliquant la réalisation d’inventaires ornithologiques, l’équipe permanente et bénévole met en œuvre des suivis à l’échelle de son territoire d’origine (nord-est Aubois et bordure Haut-Marnaise) :

– historiquement, des suivis de populations de diverses espèces (Pie-grièche écorcheur, Pie-grièche à tête rousse, Hirondelle rustique etc.)

– le dénombrement annuel des mâles chanteurs de Râle des genêts sur la Vallée de la Voire assuré depuis 2000 par le CPIE en lien avec la LPO

– la coordination du réseau de surveillance du Grand-Duc d’Europe pour le département de la Haute-Marne et aide au suivi de sites dans le département de l’Aube (depuis 2013)

– le suivi de l’Hirondelle de fenêtre

– le suivi du stationnement migratoire de la Cigogne noire sur deux vallées de la Haute-Marne, en partenariat avec l’Office national des forêts depuis 2012 (programme interrégional Cigogne noire Bourgogne/Champagne-Ardenne) …

Certaines de ces actions sont reprises et développées depuis 2009 à l’échelle régionale dans le cadre de l’Observatoire régional de l’Avifaune de Champagne-Ardenne. Aujourd’hui l’Observatoire Grand Est Biodiversité où nous sommes coordinnateur Grand Est pour l’entomofaune, coordinnateur en Champagne-Ardenne pour la partie herpétologie, suivis petits mammifères. Pour finir, les suivis avifaune STOC et SHOC, coordonnés par la LPO Champagne-Ardenne.
Parmi les activités spécifiques développées par le CPIE, on retiendra les programmes de suivi par baguage menés par les bagueurs agréés de l’association et contribuant chaque année à la capture de plusieurs milliers d’oiseaux, notamment :

– la participation au programme d’études du CNRS de Chizé sur les busards notamment par le marquage alaire réalisé sur le Busard cendré dans le nord-est Aubois
– le baguage automnal du Bruant des roseaux (programme PHENO)

D’autres programmes ont été initiés par le CPIE et sont actuellement repris par d’autres structures comme le MNHN ou la LPO (Station de baguage de la champagne humide etc…).

Pour en savoir davantage sur les actions de LPO, retrouvez-les sur leur site internet

Logo de la LPO

LA PROTECTION DES ESPÈCES

Le Busard cendré et Saint-Martin

Depuis 2008, nous participons à la protection des nichées de Busard cendré et Saint-Martin dans le département de l’Aube. Nous sommes missionné par la société BORALEX pour la prise en charge d’une dizaine de nids sur les parcs éoliens de Vallée de l’Arce et de Comes de l’Arce. Le CPIE apporte également son soutien aux bénévoles du collectif régional pour la prise en charge de nichées dans le nord-est Aubois. Depuis 2014, il est également missionné par la société Engie Green pour la préservation de nichées de Busard cendré et de Busard Saint-Martin autour de certains parcs éoliens dans le département de la Marne.

Lorsque les nichées ne peuvent pas être maintenues sur place, celles-ci sont transférées dans notre centre de soins pour la faune sauvage. Les jeunes y sont élevés puis relâchés.

Les tours à hirondelles

Le CPIE a été l’une des premières structures à installer une tour à hirondelles en France. En 2009, un premier édifice a été placé sur la commune de la Chaise à l’initiative du CPIE et en collaboration avec l’Andra. Celle-ci a été colonisée dès la première année, et est devenue la première tour à hirondelles occupée en France. Suite à cet enthousiasme, deux autres tours ont été construites sur les communes de Soulaines-Dhuys, en 2010, et d’Hampigny, en 2011, avec la même réussite.
Structure référente en France, le CPIE est régulièrement sollicité pour son expérience en la matière, ce qui a contribué au succès de nombreux projets.

Les parois à Hirondelles de rivage

La destruction des nichées d’Hirondelle de rivage étant une problématique récurrente sur les sites d’exploitation de granulat en vallée alluviale, le CPIE a expérimenté, en 2009, la mise en place d’une paroi artificielle pour faciliter leur reproduction. Après deux saisons d’occupation, l’édifice a été déserté par les hirondelles mais les données collectées ont permis de préciser les paramètres à définir pour assurer une gestion durable de l’édifice et d’optimiser son utilisation sur le long terme. Le CPIE contribue désormais à l’optimisation de nouveaux projets en France mais aussi à l’étranger (Belgique, Suisse…).

L'aménagement d'un tunnel

En 2006, la société Engie Green s’est engagée à mettre en œuvre une mesure forte en faveur des chiroptères dans le cadre du développement du projet des Parcs éoliens des Hauts Pays (Haute-Marne). La société s’est ainsi assurée la maîtrise foncière d’un ancien tunnel ferroviaire. Le CPIE avait la connaissance du potentiel pour la Barbastelle d’Europe. Des cloisons en bois visant à réduire les courants d’air et accroître l’obscurité à l’intérieur de l’édifice ont été posées en août 2010. En novembre 2011, des micro-gîtes complètent l’aménagement.
Nous avons constaté une incidence positive sur l’hivernage des Barbastelles (effectifs en hausse) et une augmentation de la diversité des espèces hivernantes.

Le sauvetage d'Hirondelles rustiques

Au printemps 2012, le CPIE a été alerté de travaux en cours sur un pont qui abrite la principale colonie de reproduction d’Hirondelle rustique de Soulaines-Dhuys… alors même que les premières hirondelles s’installaient. Suite à notre intervention, l’aide de la mairie puis la réactivité du personnel du département de l’Aube en charge du chantier, les travaux ont pu être stoppés et reportés. Des nids artificiels ont été installés sous le pont après travaux. La colonie occupe toujours le site.

Les chiroptères

Le CPIE s’implique dans l’amélioration des connaissances et la protection des chauves-souris. Certaines actions sont réalisées dans le cadre du Plan Régional d’Actions en faveur des chiroptères, programme coordonné par le Conservatoire d’espaces naturels de Champagne-Ardenne visant à protéger et améliorer les connaissances de quelques unes des 24 espèces actuellement connues en région. Parmi les actions mises en œuvre, on retiendra :

– la recherche et le suivi annuel de gîtes de parturition (mises-bas),

– la recherche et le suivi annuel de gîtes d’hibernation, notamment dans d’anciennes carrières, tunnels, glacières…

– l’amélioration des connaissances sur l’écologie des espèces via des études acoustiques sur les parcs éoliens, notamment à hauteur de nacelle

– la préservation de sites de reproduction et d’hivernage par la mise en place de mesures adaptées : aménagement de combles pour une colonie de Grand-Murin, aménagement d’un ancien tunnel ferroviaire, pose de gîtes artificiels en milieu forestier…

– l’évaluation de la sensibilité des chiroptères aux éoliennes par la compilation des données mortalité régionale et le développement de protocoles d’études spécifiques,

– l’information et la sensibilisation du public dans le cadre des SOS Chauves-souris et de la Nuit internationale de la Chauves-souris.

Pour en savoir davantage sur les actions du Groupe Chiroptères de Champagne-Ardenne, retrouvez-les sur leur site internet

Atlas de la biodiversité

Toutes les communes sont riches d’une grande biodiversité. Les espèces et les milieux qu’ils soient communs ou plus exceptionnels sont souvent bien méconnus. La démarche Atlas de la Biodiversité Communale (ABC), a été lancée par l’Etat en 2010. Les communes disposent ainsi d’un outil d’aide pour mieux connaître, préserver et valoriser la biodiversité de leur territoire.

Un ABC sur votre commune, un atout pour :

– La sensibilisation et la mobilisation des élus, des citoyens et des acteurs sociaux-économiques sur les enjeux de la biodiversité,

– Une meilleure connaissance et appréhension de la diversité suite à la réalisation d’inventaire des milieux, de la faune et de la flore,

– Identifier les enjeux liés à cette biodiversité,

– Une aide à la mise en place de politique communale prenant en compte et valorisant le patrimoine naturel de la commune.

Le CPIE de par son ancrage local depuis plus de 20 ans a acquis une connaissance fine des espèces et des milieux présents sur le territoire. Engagé dans l’accompagnement des communes dans le cadre de projets environnements, le CPIE peut vous appuyer dans la réalisation de l’ABC sur votre commune.

En 2020, un atlas de la biodiversité est en cours à Saint-Parres-aux-Tertres !

(Commune du Grand Troyes).

Les amphibiens et reptiles

Le CPIE est fortement engagé dans les missions de préservation de l’herpétofaune : les amphibiens et les reptiles.

L’observatoire des amphibiens et reptiles de Champagne-Ardenne
Le CPIE du Sud Champagne a été à l’iniative de l’Observatoire des Amphibiens Reptiles (2009-2018). Actuellement, l’OGEB a pris le relais sur le volet connaissances de l’évolution des populations. Le Programme Régionale d’Actions en faveur des mares (PRAM) s’intéresse à l’inventaire de ces milieux dans le Grand Est et à leur préservation, voire à la création de nouvelles mares. Le CPIE en est en coordinateur sur le territoire Champardennais avec l’appui technique de différentes structures partenaires (LPOCA, ReNArd, CENCA, ANN, PNR, OFB, etc). Pour finir, le CPIE coordonne le Plan Régional d’Actions en faveur du Sonneur à ventre jaune dans le Grand Est en partenariat avec le Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine et l’association BUFO en Alsace.

Grâce à la plateforme faune-champagne-ardenne : base de données naturalistes en ligne, les interventions des structures de l’environnement Champardennaises sont plus complètes. N’hésitez pas à saisir vos observations de lézards, serpents et autres grenouilles et salamandres sur ce site pour améliorer les connaissances.

Vous pouvez également télécharger l’application Naturalist sous Android pour y rentrer vos données. C’est aussi possible sous iOS en téléchargant au préalable l’application TestFlight afin d’installer la version beta de Naturalist.

 

Atlas, publications et concertations entre acteurs
Depuis longtemps impliqué dans les actions de recherche et de sensibilisation des amphibiens et des reptiles, le CPIE a acquis des références et une connaissance des espèces poussées sur le territoire Champardennais. Il participe ainsi à l’élaboration des atlas de répartition et à la définition des listes rouges. Le CPIE s’engage également dans les discussions entre les acteurs sur la thématique « amphibiens/reptiles » en participant par exemple aux réunions de la Société Herpétologique de France (SHF).
Les Rencontres Herpétologiques du Grand Est ont été coordonnées par le CPIE le 4 octobre 2019. Elles ont lieu tous les deux ans dans une des trois ex-régions.

Sensibilisation et actions de communication
En relation avec ses programmes scientifiques et d’éducation à l’Environnement, le CPIE réalise des animations sur le thème des mares ou des milieux humides.

Restauration des milieux
Le CPIE coordonne plusieurs programmes permettant la restauration ou la création des mares : lieux de reproduction des amphibiens. Des actions ont été réalisées dans le cadre des Programme Régionaux Amphibiens ou du Programme Régional d’Actions en faveur des Mares (PRAM) Grand Est.

Ils nous soutiennent dans le cadre du PRA


 

Le loup

En 2014 le CPIE a mené des actions pour aider les éleveurs à protéger leurs troupeaux des attaques de loup en participant au montage de clôtures électriques.